Réutiliser les vêtements de vos enfants... la nouvelle tendance!

En 2015, nous avions été surpris d'apprendre (et tu le seras peut-être aussi) que l'industrie de la mode est "le deuxième plus grand pollueur au monde". Cela a amené Mini-Cycle à réfléchir à l'impact qu’ont les vêtements sur l'environnement et à la manière dont une évolution vers l’économie circulaire pourrait t’être bénéfique en tant que consommateur! Voici 3 raisons selon lesquelles tu devrais commencer à réutiliser les vêtements de tes enfants le plus tôt possible :

RESSOURCES LIMITÉES POUR DES BESOINS ILLIMITÉS

Imagines-toi que, pour produire juste 1 kilogramme de coton, nous avons besoin de plus de 10 000 litres d’eau… Incroyable, non? Cela fait du coton l'une des cultures les plus intensives en eau sur la planète. Pourquoi est-ce important? Nos ressources en eau sont limitées, seulement 2% de l’eau sur terre est potable. Malheureusement, l’eau utilisée pour la production de coton ne peut pas être utilisée plus qu'une fois, car elle s’évapore ou est trop contaminée. Imagine seulement toute l’eau que nous pourrions sauver en simplement réutilisant des vêtements de 3 à 4 fois (mathématiquement, cela signifierait 3 à 4 fois moins d’eau nécessaire et donc disponible à la consommation humaine et/ou à la production d'aliments).

POLLUTION

La pollution est une importante facette de la production de vêtements. Pour un kilogramme de coton, environ 302 grammes de pesticides sont nécessaires. Les pesticides nuisent aux moyens de subsistance des populations locales, car une fois utilisés, ils s’infiltrent dans leur aquifère et polluent tout leur environnement. Les pesticides épuisent également les sols de leurs éléments nutritifs, ce qui les rend inutilisables à long terme pour toute culture en croissance.

Les textiles synthétiques sont également les principaux responsables dû au fait qu'ils sont composés de molécules de pétrole. Comme nous le savons tous, leur extraction et leur utilisation représentent une empreinte carbone considérable. De plus, les molécules des textiles synthétiques sont non biodégradables. Effectivement, les vêtements synthétiques sont la plus grande source de pollution micro-plastique dans les océans. Par exemple, lorsque nous lavons nos vêtements, environ 1900 fibres aboutissent dans nos océans à chaque cycle de lavage. Pour couronner le tout, environ 85% des débris artificiels trouvés sur les littoraux des océans sont constitués de microfibres et sont directement liés au type de tissus trouvé dans le nylon et l'acrylique. De plus, nous devons aussi considérer la fin de vie de nos vêtements. Brûlés ou enterrés, les vêtements que nous portons libèrent aussi des polluants dans l'écosystème.

En réutilisant nos habits, nous augmentons la durée de vie de chaque morceau, ce qui permet de limiter la pollution de plusieurs façons!

SENSIBILISER 

Savais-tu que les consommateurs achètent aujourd’hui 2 fois plus de vêtements qu'il y a 15 ans et qu'ils s'en débarrassent 2 fois plus vite ? Ce qui est encore plus choquant, c'est qu'en Europe, par exemple, environ 2 millions de vêtements sont jetés chaque année, dont 90% vont au dépotoir (ils ne seront donc pas réutilisés) ... Plus près de chez nous, RECYC-Québec a annoncé en 2016 que chaque personne jetait 24 kilos de vêtements par an. Si chacun d'entre nous commençait à réutiliser, nous pourrions créer une tendance autour de la « fermeture du cycle de vie » dans un secteur qui gaspille énormément.

En tant que consommateurs, nous nous devons d’être conscients de ce qui entre dans le processus de fabrication des vêtements que nous portons, car ils ont un immense impact sur l’environnement. Il est essentiel de revoir nos habitudes de vie actuelles pour donner l'exemple aux générations futures. Tu peux le faire de nombreuses manières. La plus évidente est d’acheter des vêtements d'occasion.

Reste à l’affût ce mois-ci pour en savoir davantage sur les nombreux moyens disponibles pour joindre l’économie circulaire.